À Constantinople
Candide surpris avec Cunégonde, scène du paravent
L'esclave (Surinam)
Candide et Martin chez le seigneur de Pococuranté (Venise)
Candide chassé du château de Thunder-ten-Tronckh
Jeunes filles poursuivies par des singes
Peuple cannibale nu (Amérindiens)
Dans Grands voyages : Americae tertia pars, Vol. II p. 128
Théodore de Bry (1528-1598), auteur, 1592.
Gravure en taille douce
BnF, département des Estampes et de la Photographie, EC-7 (D, 2)-FOL
© Bibliothèque nationale de France
Aux Taïnos, perçus par Christophe Colomb comme de "bons sauvages", c'est-à-dire faciles à convertir et à exploiter, s'opposent leurs ennemis traditionnels, les Caraïbes (ou Karib), appelés "cannibales" pour leurs pratiques anthropophages, et présentés comme le symbole même du "mauvais sauvage", qui ne respecte aucune loi, ni naturelle, ni divine.
L'anthropophagie des Caraïbes n'est pas confirmée. En revanche, la pratique est avérée au Brésil, chez les Tupinamba. Cette image d'indigènes partageant un repas humain correspond au récit de Jean de Léry (1536-1613) qui a vécu auprès des Tupinamba et raconté son expérience dans Histoire d'un voyage fait en la terre du Brésil (1578). Il rapporte leurs pratiques anthropophages, rituel visant à s'approprier la force de ses ennemis en mangeant les prisonniers.
De telles images édifiantes véhiculèrent l'idée que le Nouveau Monde était la terre du Démon, peuplée d'êtres intrinsèquement barbares à soumettre, policer et évangéliser par les chrétiens européens.

 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander