Montesquieu, le site

Écrivain et philosophe français, Montesquieu, est l’auteur des Lettres persanes et de L'Esprit des lois. Il a marqué le monde intellectuel en tant que philosophe de l’Histoire et figure fondatrice de la science politique. Membre de la noblesse, Montesquieu rompt avec l’idéologie de son temps, en évacuant Dieu et en défendant la liberté, la tolérance et l’universalisme. Ce site consacré à Montesquieu est un extrait d'un projet plus vaste en préparation sur les Essentiels de la littérature.

Vers le site

L'estampe japonaise. Images d'un monde éphémère, le site

Ukiyo-e, image d’un monde flottant, éphémère. C'est sous cette appellation qu'apparaît, à la fin du XVIIe siècle, l'estampe japonaise. Le monde du temps qui passe, celui des plaisirs de la société galante d'Edo (Tokio), est le thème essentiel de cet art de l’estampe. Scènes de spectacles, portraits de femmes, parodies, paysages… le site propose une vision d'ensemble de cet art éphémère, liant intimement réalisme et spiritualité et l'exploration approfondie de l'œuvre des grands maîtres que sont Hokusaî et Hiroshige. Deux œuvres intégrales sont proposées en gros plans : les Trente-six vues du mont Fuji d’Hokusai et les Cinquante-trois relais du Tôkaidô d'Hiroshige. Un album permet de feuilleter chacune d’elles dans leurs moindres détails. Une visite guidée par la commissaire de l'exposition est proposée en téléchargement sur mp3. Sur le site, ces commentaires peuvent s'écouter tout en explorant à la loupe les œuvres exposées. Enfin, une histoire de la collection d’estampes japonaises conservée à la Bibliothèque nationale de France, des repères sur les techniques de l'estampe, ainsi qu’un regard contemporain du photographe Thierry Girard qui a refait le chemin du Tôkaidô, complètent ce site, riche de plus de trois cents œuvres reproduites en ligne. Le site ayant une vocation pédagogique, l'estampe érotique est juste évoquée.

Vers le site

La Guerre de 14-18

28 juin 1914 : l’archiduc François-Ferdinand d’Autriche est assassiné à Sarajevo par un nationaliste serbe.
Ce fait divers tragique n’empêche pas l’été de suivre son cours habituel. Les paysans travaillent dans les champs, les ouvriers à l’usine. Quelques rares privilégiés s’offrent des vacances à Deauville ou sur la Riviera. Le 23 juillet pourtant, l’Autriche adresse un ultimatum à la Serbie. Les hommes politiques, les diplomates, et les opinions publiques ne sont guère inquiets : c’est une crise régionale, qui doit se régler comme les nombreuses tensions précédentes par une conférence de paix. À Paris, les journaux s’intéressent davantage à l’affaire Caillaux. Le Kaiser participe à des régates en mer. Certains esprits clairvoyants s’alarment : Jean Jaurès parle « d’oscillation au bord de l’abîme ». Les nouvelles s’enchaînent, de plus en plus inquiétantes… Une semaine plus tard, le 30 juillet, la Russie mobilise. La machine de la guerre s’ébranle, il ne sera plus possible de l’arrêter. Le jeu des alliances entraîne l’Europe dans une guerre que l’on imagine violente, certes, mais brève… Commence alors  l’ivresse des cris de joie en marchant à l’abattoir » selon les mots de Stefan Zweig, même si la volonté d’en découdre ne caractérise pas toutes les populations, plutôt graves et résignées. Dès le mois d’août, la réalité du conflit apparaît dans sa violence extrême : l’Europe découvre sur son sol la guerre industrielle.

Vers le site

Gustave Doré, l'imaginaire au pouvoir

À quinze ans, Gustave Doré entame une carrière de caricaturiste puis d'illustrateur professionnel qui lui vaudra une célébrité internationale. Il embrassera par la suite tous les domaines de la création : dessin, peinture, aquarelle, gravure et sculpture. Artiste majeur du XIXe siècle, il occupe une place centrale dans l'imaginaire contemporain, de Van Gogh à Terry Gilliam, sans compter son influence sur la bande dessinée.
À l'occasion de la rétrospective Gustave Doré organisée par le musée d'Orsay, la BnF a conduit un chantier de numérisation lui permettant de mettre en place une véritable exposition virtuelle : 4 220 dessins et gravures du département des Estampes et une vingtaine d'ouvrages de la Réserve des livres rares sont désormais consultables en ligne et font revivre la bibliothèque illustrée imaginée par le maître.

Vers le site

Émile Zola, le site

Le site présente deux expositions. La première retrace à travers manuscrits, imprimés, affiches publicitaires et photographies, l’univers de l’écrivain. La seconde, consacrée au Bonheur des Dames, s'appuie sur la documentation rassemblée par Zola avant la rédaction de son roman, pour aborder l'histoire des grands magasins et la naissance de la société de consommation dans le Paris du Second Empire, bouleversé par les travaux du baron Haussmann. Le site donne accès à de larges extraits des dossiers préparatoire de Zola au cycle des Rougon-Macquart, et plus particulièrement à l’Assommoir et Au Bonheur des Dames. Ses notes d'enquêtes proposent une approche sociologique de l'époque, tandis que les plans, notes sur le langage, notes sur les personnages ou ébauches font pénétrer dans la fabrique littéraire. Des gros plans proposent une réflexion sur les sujets qui ont marqué Zola : « son » Paris, les grands magasins, la publicité et l’Affaire Dreyfus. Différents regards complètent le portrait de l’écrivain. Plusieurs audiovisuels enrichissent la mise à disposition des ressources numériques. Des pistes pédagogiques enfin, assorties de fiches téléchargeables, invitent les élèves à comparer les intentions de Zola telles qu’elles apparaissent dans ses dossiers préparatoires et la manière dont ces intentions prennent forme dans le roman.

Vers le site

Issu d’une famille de samouraïs, Andô Hiroshige (1797-1858) reçoit de son p

Qu'est-ce qui déclenche une guerre ? Quelles sont les causes de la guerre

Qu'est-ce qu'un portrait ? Depuis la naissance de la photographie, les phot

En se concentrant sur la « zone », cette ère géographique comprise

Toutes les images

Toutes les images