La Guerre de 14-18

28 juin 1914 : l’archiduc François-Ferdinand d’Autriche est assassiné à Sarajevo par un nationaliste serbe.
Ce fait divers tragique n’empêche pas l’été de suivre son cours habituel. Les paysans travaillent dans les champs, les ouvriers à l’usine. Quelques rares privilégiés s’offrent des vacances à Deauville ou sur la Riviera. Le 23 juillet pourtant, l’Autriche adresse un ultimatum à la Serbie. Les hommes politiques, les diplomates, et les opinions publiques ne sont guère inquiets : c’est une crise régionale, qui doit se régler comme les nombreuses tensions précédentes par une conférence de paix. À Paris, les journaux s’intéressent davantage à l’affaire Caillaux. Le Kaiser participe à des régates en mer. Certains esprits clairvoyants s’alarment : Jean Jaurès parle « d’oscillation au bord de l’abîme ». Les nouvelles s’enchaînent, de plus en plus inquiétantes… Une semaine plus tard, le 30 juillet, la Russie mobilise. La machine de la guerre s’ébranle, il ne sera plus possible de l’arrêter. Le jeu des alliances entraîne l’Europe dans une guerre que l’on imagine violente, certes, mais brève… Commence alors  l’ivresse des cris de joie en marchant à l’abattoir » selon les mots de Stefan Zweig, même si la volonté d’en découdre ne caractérise pas toutes les populations, plutôt graves et résignées. Dès le mois d’août, la réalité du conflit apparaît dans sa violence extrême : l’Europe découvre sur son sol la guerre industrielle.

Vers le site

Gustave Doré, l'imaginaire au pouvoir

À quinze ans, Gustave Doré entame une carrière de caricaturiste puis d'illustrateur professionnel qui lui vaudra une célébrité internationale. Il embrassera par la suite tous les domaines de la création : dessin, peinture, aquarelle, gravure et sculpture. Artiste majeur du XIXe siècle, il occupe une place centrale dans l'imaginaire contemporain, de Van Gogh à Terry Gilliam, sans compter son influence sur la bande dessinée.
À l'occasion de la rétrospective Gustave Doré organisée par le musée d'Orsay, la BnF a conduit un chantier de numérisation lui permettant de mettre en place une véritable exposition virtuelle : 4 220 dessins et gravures du département des Estampes et une vingtaine d'ouvrages de la Réserve des livres rares sont désormais consultables en ligne et font revivre la bibliothèque illustrée imaginée par le maître.

Vers le site

Trésors carolingiens, le site

2014 est l'année du 1200e anniversaire de la mort de Charlemagne, une occasion de redécouvrir la place du livre dans l'héritage du célèbre empereur. Charlemagne va s'appuyer sur la religion pour unifier son empire et pour cela, harmoniser la traduction de la Bible. Il va aussi imposer une nouvelle écriture, la caroline, d'une grande lisibilité. Instrument politique au service de l'unification de l'empire, le livre carolingien s'inscrit ainsi au cœur d'un vaste mouvement intellectuel et artistique. À travers les pages des plus anciens manuscrits occidentaux conservés et les reliures d'orfèvrerie, l'exposition virtuelle témoigne des conditions de production des manuscrits à l'époque de Charlemagne, de la circulation des artistes et des œuvres, et du rôle essentiel joué par le mécénat des princes. Le dossier replace le livre carolingien dans le contexte historique, intellectuel, spirituel et politique de l'époque et montre les différentes fonctions du livre, ses multiples usages, ainsi que l'attention artistique et intellectuelle dont il bénéficie alors. Plusieurs thèmes font l'objet de développements : le livre carolingien symbole du pouvoir de Charlemagne et fondement de la culture médiévale ; les spécificités du décor carolingien ; l'écriture caroline ; la renaissance carolingienne ; lire et écrire sous Charlemagne. Trois manuscrits emblématiques peuvent être feuilletés sous forme de fac simile numériques : le Sacramentaire de Gellone d'inspiration mérovingienne, celui de Drogon aux étonnantes lettrines historiées et les Poésies de Prudence. Enfin, des repères – chronologie, glossaire, anthologie, bibliographie –, des fiches et des pistes pédagogiques sont mis à la disposition des internautes, des enseignants et des élèves.

Vers le site

La presse à la Une, le site

L'histoire de la presse est inséparable de celle de la démocratie. Le site, conçu en partenariat avec le CLEMI et l'AFP, bénéficie du soutien de nombreux médias qui ont accepté la mise en ligne de documents d'archives pour retracer une histoire qui va de la Gazette à Internet, s'interroger sur le traitement de l'information, son évolution et son avenir. Le site ouvre sur les ressources considérables numérisées dans Gallica.

Vers le site

Homère, sur les traces d'Ulysse, le site

Le site invite à découvrir l’univers d’Homère au gré des pérégrinations d’Ulysse et à parcourir l'Iliade et l'Odyssée, récit métaphorique de toute aventure humaine et creuset de toutes les formes de notre littérature. Le dossier donne les repères nécessaires à l’appréhension de la culture grecque, des sources et de l’héritage de l’œuvre homérique. Des gros plans permettent l’approfondissement de thèmes comme ceux de l’épopée, de la tradition orale, des dieux de l’Olympe, des héros et héroïnes homériques, de la guerre de Troie ou de la vision du monde homérique à travers le bouclier d’Achille. Une carte interactive de la Méditerranée scande le voyage d’Ulysse, résume chaque épisode et donne des éléments d’interprétation sur la civilisation homérique. Les explorations sont complétées par un cabinet de lecture, une riche iconographie rassemblée de façon thématique sur plusieurs feuilletoirs, ainsi que des ateliers et des pistes pédagogiques. Des fiches pédagogiques, enfin, sont téléchargeables sur le site.

Vers le site

Le peintre et dessinateur Jean Veber (1868-1928) s'exprime avec succès dans la

Qu'est-ce qui déclenche une guerre ? Quelles sont les causes de la guerre

La Première guerre mondiale est une guerre particulièrement meurtrière, des m

Analyse du déclenchement de la guerre de 14 : le point de vue français pa

Toutes les images

Toutes les images