Candide surpris avec Cunégonde, scène du paravent
Candide sur le champ de bataille, contre les Bulgares
Candide retrouve Cunégonde à Lisbonne
Candide tue l'Israélite chez Cunégonde à Lisbonne
Candide retrouve Cunégonde en Turquie
La vieille capturée par les pirates
Jeunes filles poursuivies par des singes
Jeunes filles poursuivies par des singes
Candide surpris avec Cunégonde; scène du paravent
Candide malade à Paris
Candide tue une deuxième fois le jeune baron pour épouser Cunégonde
Candide, ou l'Optimisme, dans Œuvres complètes de Voltaire. chap 29 fol 253
Jean-Michel Moreau dit Moreau le Jeune (1741-1814), et A. De Saint-Aubin, dessinateurs ; Voltaire (1694-1778), auteur, 1803.
Dessin exécuté à la plume et lavé à la sépia, 2 vol. in-8°, cuir de Russie, fil., dos ornés, tr. dor. (Niedrée.)
BnF, département des Manuscrits, Rothschild 230
© Bibliothèque nationale de France
« Cunégonde ne savait pas qu’elle était enlaidie, personne ne l’en avait avertie : elle fit souvenir Candide de ses promesses avec un ton si absolu que le bon Candide n’osa pas la refuser. Il signifia donc au baron qu’il allait se marier avec sa sœur. "Je ne souffrirai jamais, dit le baron, une telle bassesse de sa part et une telle insolence de la vôtre ; cette infamie ne me sera jamais reprochée : les enfants de ma sœur ne pourraient entrer dans les chapitres d’Allemagne. Non, jamais ma sœur n’épousera qu’un baron de l’empire." Cunégonde se jeta à ses pieds et les baigna de larmes ; il fut inflexible. "Maître fou, lui dit Candide, je t’ai réchappé des galères, j’ai payé ta rançon, j’ai payé celle de ta sœur ; elle lavait ici des écuelles, elle est laide, j’ai la bonté d’en faire ma femme, et tu prétends encore t’y opposer ! Je te retuerais si j’en croyais ma colère. — Tu peux me tuer encore, dit le baron, mais tu n’épouseras pas ma sœur de mon vivant." »
(Candide, chap. 29 )
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu