Julie brutalisée par son père
Dispute entre Saint-Preux et Édouard
Le premier baiser de l’amour
Julie et Saint-Preux dans la tempête
Saint-Preux embrasse Julie malade
Le Baiser dans le bosquet
« Aidé de la Sagesse, on se sauve de l'amour dans les bras de la Raison »
Saint-Preux et Claire au clavecin : « Il appliqua sur sa main un baiser… »
Édition annotée de la main de Rousseau dite « Duchesne-Coindet »
Le premier baiser de l’amour
Le premier baiser de l'amour
Saint-Preux provoque Édouard en duel
Saint-Preux infidèle
Saint-Preux accueilli à Clarens
Retour imprévu de Claire à Clarens
Julie sauve son fils qui se noie
La mort de Julie
Le premier baiser
Le premier baiser
Illustration pour La Nouvelle Héloïse dans Œuvres de J.-J. Rousseau
Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), auteur ; Jean-Michel Moreau, le Jeune (1741-1814), dessinateur, Bruxelles, Ed. de Londres, 1773.
BnF, département des Manuscrits, Rothschild 229 fol. 12
© Bibliothèque nationale de France
Treize ans après la série de Gravelot, un jeune artiste promis à une belle carrière d’illustrateur, Jean-Michel Moreau (1741-1814), dit Moreau le Jeune, propose à son tour une suite de douze planches, complétée d’un frontispice allégorique. Il s’émancipe du travail de son prédécesseur avec six nouvelles scènes issues d’une lecture directe de l’œuvre. Moreau insiste sur le caractère tumultueux des passions qui animent les personnages.
Chez Moreau le Jeune, l’enivrant « premier baiser de l’amour », tant imité par la suite, ce n’est plus la langueur de Julie et l’ivresse de Saint-Preux saisis après coup par Gravelot, mais la fougue impétueuse du premier baiser lui-même.
Les gravures, remarquablement « finies » au burin dans le goût de l’époque, illustrent l’édition originale parue à Amsterdam chez Rey en janvier 1761.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu